#11 En quête de l’âme sœur

© Cécile Benoist Sous un abribus toulousain

© Cécile Benoist
Sous un abribus toulousain

Sous un Abribus : c’est commode, ça ratisse local, c’est bien connu l’amour est à deux pas de chez soi.

Chez le Boulanger : préférer le dimanche en fin de matinée, la queue est longue, ça laisse le temps de papoter.

En faisant les Courses : on bouscule, on dit pardon désolé, on plaisante, on offre un café pour s’excuser.

Debout, n’importe où : cheveux au vent, elle aurait vu sa moitié tomber du ciel.

Devant l’École : les statistiques étant ce qu’elles sont, ça dragouille à tire-larigot au nez des progénitures.

Au pied des Fées : encore faut-il trouver lesdites créatures.

Dans le mystère de la lettre G : point de plaisir sans amour, disent-ils, vieux jeu.

Sous les Huttes préhistoriques : aux origines de l’amour… ça existe depuis quand au fait ?

Sur Internet : no comment, on pourrait en faire des tonnes.

Aux Jeux d’enfants : cf. « devant l’École ».

En suivant son Karma : tant mieux s’il est bon, pour les autres, renoncez, désolé.

Loin, très loin : parfois l’âme sœur a décidé de s’exiler à des milliers de milliers de kilomètres.

Métro : sur la ligne régulière, on s’ausculte avant de passer à l’attention et d’entamer une action.

Dans le Néant des existences : ouvre l’œil quand tu es ici ou là à ne rien faire.

Au creux du O : certains l’auraient aperçu entre les lettres, l’âme sœur, aux alentours des voyelles, on soupçonne une proximité certaine du O et du E.

Dans tous les Parcs du monde : quel espace vert n’a pas eu ses œillades, ses bécots, ses enchevêtrements de toutes sortes ?

Au cœur d’une Quincaillerie contemporaine confidentielle : on y fabriquerait, dit-on, quantité de partenaires idéaux à l’aide de vis, de boulons et de raccords divers.

Au fil des Romans : on y croise des âmes sœurs inaccessibles ; certaines sont totalement fictives (les auteurs sont des menteurs qui laissent échapper quelques vérités, est-il besoin de la rappeler ?).

Dans les Sous-sols urbains : être prêt à sauter sur l’escalator en sens inverse pour ne pas la laisser filer.

En dansant le Tango : il a même fini par se convertir au tantrisme de pacotille.

Dans tout l’Univers : la vérité, la voilà, l’âme sœur n’existe pas.

Sous le Vent : les amoureux aussi prennent des rides.

Wagon : le train, l’avion et tous les transports en commun ; l’attention et la contemplation retrouvées ; le temps de prendre son courage à deux mains… ou de procrastiner.

X : bof, pas sûr…

À l’ombre du Ylang-ylang : là aussi, se repose un amoureux potentiel.

Sur les rives du Zambèze : les voyages exotiques organisés ou comment aller de l’autre côté de la Terre pour trouver son semblable, ou pour choir telles les chutes Victoria.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s