#28 Lieu de rien

© Philippe Godet Hommage au rien

© Philippe Godet
Hommage au rien

Il existe un espace-temps extraordinaire, un jour, un lieu, où il ne s’est rien passé. Le phénomène est unique dans toute l’histoire de l’humanité. Le 17 avril 1967, à cet endroit précis, pas une mouche n’a volé, pas une feuille n’a plané, aucun être humain n’a exhalé son souffle, nul caillou n’a roulé jusque-là. Personne. Le vide, fragile. Le néant. En somme : la vacuité intégrale – si tant est qu’elle puisse être partielle.

Imagine : tous les passants ont pris soin de s’écarter, la nature s’est abstenue, la civilisation a fait semblant de ne rien voir, vas savoir pourquoi. L’immobilité du monde, juste une journée, à ce point précis. Vingt-quatre heures en suspens, comme si l’univers s’arrêtait, sauf qu’il continue de tourner partout ailleurs. Un moment de grâce. Le souffle de l’existence mis sur pause.

Célébrer ce non-événement ? Questionner la sérénité qui s’en dégage, glorifier le calme, faire ressortir l’apaisement ultime. Ou disserter sur l’ennui, maudire l’inanité, et insuffler l’énergie disparue ce jour-là pour recommencer à vivre ? Puiser la force dans le rien. Aspirer le carburant créateur de l’inaction. Tenir en équilibre.

17 avril 2014, dire le vide. Bel exercice de style.

 

Merci à Philippe Godet pour la photo. Retrouvez-le sur son blog > Le carnet vert

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s