#33 Danse nocturne

© Philippe Godet Pouvoir nocturne

© Philippe Godet
Pouvoir nocturne

La nuit, je me moque du temps qui passe, du temps qu’il fait, du tant qui oppresse.

Je danse, je danse jusqu’à m’étourdir. Je traverse la rue en bondissant, je franchis le pont en tournant encore et encore. Je cours dans la ville en laissant mon corps prendre la direction des opérations. Mes jambes s’élancent comme si elles n’avaient jamais rien fait d’autre. Dans un souci d’harmonie, mes bras s’y mettent aussi. La pluie donne le tempo et ma tête balance comme un métronome.

Je ne sais plus où je suis, qui je suis. Je ne suis plus qu’un corps, qui danse, qui vit, sans souci, sans contingence, sans besoin autre que celui de bouger. Je fonce sur le boulevard, il scintille. Je prends l’avenue, piste de danse infinie. Et je continue sur le périphérique, cet étrange cordon prêt à étrangler la ville à chaque instant.

Je suis seul dans les artères urbaines. Pas âme qui vive, silence baroque bercé par le souffle des gouttes humides. Les bâtiments troués de toutes parts sont vides. L’immensité désertée. Étrange ville fantôme.

Et demain ? J’sais pas. La nuit, j’crains plus l’avenir.

Merci à Philippe Godet pour la photo. Retrouvez-le sur son blog > Le carnet vert

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s