Martin

Retourne le page et l’aplatit comme une crêpe. Loin de la dame que ledit page accompagne, noblesse oblige. C’est que ce petit page n’est pas à la hauteur de la tâche : il laisse passer les intrigants, raconte les ragots de cour et fait choir les affaires précieuses. Et puis, surtout, il ne veut pas transmettre le message de Martin à Madame. Un message d’amour. Martin menace : c’est sa dernière chance, si le nobliau n’obéit pas, il le jettera du haut de la tour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s