Imaginateur #26

T’imagines pas ce creux entre les moments de transe créative, cette béance qui s’installe, légèreté qui devient pesante, vacuité douloureuse, cette angoisse de ne plus retrouver de ligne, cette envie (jalousie) de l’écriture quotidienne, du journal de l’écrivain, des sites littéraires à tentacules, cette anxiété d’avoir écrit tout ce que tu pouvais et te dire qu’il va falloir passer à autre chose, autre chose que créer (mais quoi ?), et puis penser à ce grand auteur que tu admires confessant ses quelques mois d’écriture annuels, son détachement et son absence de méthode, et te dire que bientôt ça va revenir, qu’il faudra bien s’y remettre parce vivre et écrire se confondent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s